top of page

La Biobanque québécoise de la COVID-19 libère deux ensembles de données essentielles

L’ajout d’analyses protéomiques et transcriptomiques à la base de données de même que l’accroissement des données antérieures aideront les chercheurs à mieux comprendre les infections causées par la fixation du virus SARS-CoV-2 à la cellule hôte.


Montréal, le 22 octobre 2021.— La Biobanque québécoise de la COVID-19 (BQC19) a le plaisir d'annoncer une augmentation significative de la quantité de données qu'elle met à la disposition des chercheurs. Les scientifiques du projet COVID-19 peuvent désormais accéder à deux nouveaux ensembles de données, notamment des données protéomiques et transcriptomiques, issues de la banque d'échantillons en pleine croissance de la BQC19. Outre ces deux nouveaux ensembles de données, d'autres données cliniques, phénotypiques et génomiques viendront enrichir la collection actuelle. « Nous intensifions vraiment nos efforts pour mieux comprendre l'infection par le virus SRAS-CoV-2 et les événements moléculaires à l'origine de la maladie », affirme Guillaume Bourque, directeur du Centre canadien de génomique computationnelle de l'Université McGill, également responsable de la gestion des données de la BQC19.


Les cliniques de la BQC19 ont recruté des participants de toute la province qui ont consenti à ce que l’on recueille leurs données et prélève leur sang pour aider à comprendre et à combattre la COVID-19. À ce jour, 3 189 Québécois ont fourni des échantillons de sang à neuf sites cliniques différents dans quatre régions de la province, et 25 000 échantillons sont maintenant à la disposition des chercheurs.


La BQC19 a partagé des données et des spécimens ainsi que des analyses d'échantillons de sang et des informations provenant des participants avec des chercheurs du monde entier. Les nouveaux ensembles de données comprennent environ 2 000 profils protéomiques, permettant aux chercheurs d'examiner environ 5 000 protéines. On enregistre également 954 unités de données transcriptomiques, qui mesurent l'expression des molécules d'ARN. De plus, ce matériel libéré comprend maintenant des informations sur l'arrivée, l’hospitalisation, la sortie et le suivi de 2 900 participants, ainsi que 691 nouveaux ensembles de données génomiques, pour un total de 1 491 ensembles.


« L'une des caractéristiques uniques de la BQC19 est la diversité des données mises à la disposition des chercheurs, explique le Dr Bourque. Nous réalisons ce travail à très grande échelle, et voilà pourquoi nous fournissons également des analyses précalculées afin de permettre aux chercheurs, qui n'auraient pas nécessairement toutes les ressources nécessaires, de réaliser des expériences prometteuses ». Il ajoute que ce matériel récemment libéré profitera à de nombreux chercheurs qui tentent d’approfondir les mystères de l'énigme persistante qu'est la COVID. « Plus vous disposez d'une grande quantité et

d’une grande variété de données, plus vous avez de chances de faire des découvertes », conclut le Dr Bourque.

27 vues

Comments


bottom of page